Archives de Catégorie: Femmes et société

Racines

Hommage à la splendide Katoucha Niane, la « Princesse Peule », égérie des couturiers Yves Saint-Laurent et Christian Lacroix…, disparue tragiquement en 2008.

Racines-Laurence Wagon Collection privée

Racines – Laurence Wagon – 2008
Collection privée

« Racines » est également le portrait touchant d’une Femme engagée contre l’excision, association KPLCE (Katou­cha pour la lutte contre l’ex­ci­sion), pour dire non à cette muti­la­tion et soute­nir les victimes.

 


Radisson Blu Hôtel Nantes

 

DSCF5420

DSCF5408

Art Viticole – Laurence Wagon

Les anges sculptés tenant les tables de la loi veillent sur le restaurant

Les anges sculptés tenant les tables de la loi veillent sur le restaurant

Invitée d’Honneur au Radisson Blu Hôtel à Nantes pour la Journée de la Femme et le Salon des Vins de Vigneronnes, un lieu atypique, aménagé avec brio par les architectes Jacques Cholet et Jean-Philippe Nuel. Un lieu magnifique chargé d’Histoire, des rencontres artistiques, des histoires étonnantes d’hier et d’aujourd’hui…

Une réalisation exemplaire, l’ancien et le contemporain mêlés à la perfection, un accueil chaleureux et de qualité! à découvrir…

Le Radisson Blu Hôtel - Nantes

Le Radisson Blu Hôtel – Nantes

Ancienne Salle des pas perdus au damier noir et blanc préservé

Ancienne Salle des pas perdus

Ambiance piano-bar le samedi soir

Ambiance piano-bar le samedi soir


Bière et …Vin

Radisson Blu Hôtel - Nantes

Radisson Blu Hôtel – Nantes

Je suis invitée d’honneur au Salon des vins de vigneronnes à Nantes à l’occasion de la journée de la Femme pour présenter mes créations Art Viticole.

Une rencontre avec 30 vigneronnes de talent, des vins prestigieux et … une femme brasseur passionnée qui fabrique seule ses bières en plein centre de Nantes. « Les bières de Charlotte » ne pouvaient que ravir la nordiste que je suis et de surcroît sensible aux bières de qualité!

Rendez-vous au Radisson Blu Hôtel le vendredi 7 Mars de 15h à 21h et le samedi 8 Mars de 11h à 20h.

À la santé de toutes les Femmes et de leurs multiples talents!!!

Les bières de Charlotte-Art Viticole

Les bières de Charlotte – Art Viticole


Volontaire

Laurence Wagon - Volontaire

Laurence WagonVolontaire

Une Journée de la Femme, ridicule, condescendant, pathétique, un sentiment de trop peu…

Tous les jours, les Femmes se battent avec ténacité pour leurs droits élémentaires, pour vivre, survivre…

La Femmevolontaire face à l’adversité et à l’inégalité… optimiste… il faut de l’obscurité pour y voir clair…

En Avant Toute!!

 

 


Journée Internationale des Filles

Laurence Wagon – Enjouée

Aujourd’hui 11 octobre 2012 est la première Journée Internationale des Filles!

75 millions de filles n’ont toujours pas accès à l’éducation dans le monde. Mariages ou grossesses précoces, violence en milieu scolaire, main d’œuvre nécessaire pour les familles, de nombreuses barrières empêchent les filles d’accéder à l’éducation.

Cette journée est une véritable occasion de faire entendre la voix des filles et de faire reconnaitre leurs droits.

L’association internationale de parrainage Plan se bat depuis 5 ans contre les discriminations faites aux filles via sa campagne « Because I’m a girl ». Excellente initiative!

http://www.planfrance.org/actualites/news/pourquoi-une-journee-internationale-des-filles

http://www.droitsdesfilles.fr/


Anaruz

Djamila - Laurence Wagon

Les Marocaines dans la rue 

Une semaine après le suicide d’une adolescente contrainte d’épouser son violeur, plusieurs associations féminines marocaines ont organisé samedi à Rabat un sit-in envers les femmes.

« Nous sommes des Amina », « Halte aux violences contre les femmes », « Abrogez la loi » scandaient les militantes et sympathisantes de ces associations des droits de la femme, rassemblées à l’appel de Woman-Shoufouch, un groupe et réseau social anti-harcèlement.

Les femmes, au nombre de deux cents au début du rassemblement, brandissaient des banderoles réclamant l’abrogation ou la refonte d’un article du code pénal qui punit le violeur d’emprisonnement si la victime est mineure, sauf en cas de mariage. En cas de mariage, consenti par les parents de la fille violée, l’agresseur n’est plus poursuivi par la justice.

Electrochoc

« Amina martyre », « La loi m’a tuer », « Mettons fin au mariage des mineures », pouvait-on lire sur les pancartes tenues par des militantes de plusieurs associations féminines, rassemblées sous la houlette de la Fédération de la ligue démocratique des droits des femmes.

« Amina et les autres, victimes de l’article 475 du code pénal », lisait-on sur une banderole d’Anaruz, mot berbère qui signifie espoir. Anaruz est un mouvement d’écoute des victimes d’agressions sexuelles qui travaille en coordination avec l’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM).

« En 2008, le gouvernement avait déposé un projet, qui est resté lettre morte, pour réclamer la refonte du code pénal en vue de mettre fin à la discrimination et à la violence », a indiqué à l’AFP Houda Bouzil, présidente du bureau de Rabat de l’ADFM.

Le suicide le 10 mars d’Amina Al Filali, 16 ans, contrainte d’épouser l’homme qui l’avait violée, a fait l’effet d’un électrochoc au Maroc où se sont multipliés les appels à la réforme d’une loi qui bénéficie le plus souvent davantage au violeur qu’à sa victime.

« Je ne voulais pas aller avec eux chez le juge pour les marier. Mais ma femme m’y a obligé. Elle m’a dit qu’il fallait le faire pour que les gens arrêtent de se moquer de nous, pour faire taire la honte », a déclaré il y a quelques jours à l’AFP le père de la victime, Lahcen Al Filali, présent à un premier sit-in dans la localité de Larach, près de Tanger (nord) d’où la famille est originaire.

Nouvelle Constitution

« Est-ce qu’on peut imaginer qu’un homme qui force une fille à le suivre avec un couteau et qui la viole peut ensuite vouloir l’épouser? »,a-t-il demandé.

Cette affaire est révélatrice des contradictions d’une société à la fois traditionnaliste et aspirant à la modernité, comme en atteste la nouvelle Constitution adoptée en juillet, qui prévoit l’égalité des sexes et bannit « toute discrimination ».

Ce drame continue de susciter diverses réactions dans le pays, y compris au sein du gouvernement qui a promis un réexamen de la loi.

« C’est la loi, une règle sociale absurde, grotesque, que celle qui veut remédier à un mal, le viol, par un autre encore plus répugnant, les épousailles avec le violeur (…) Qui punissons-nous au final, la victime ou son bourreau? », écrit le journal Al Sabah (Le matin, indépendant) dans un long éditorial.

Un article du code de la famille prévoit que la décision du juge autorisant le mariage d’un mineur – comme cela a été le cas dans cette affaire – n’est susceptible d’aucun recours.

L’époux de l’adolescente a été entendu par la police, après le suicide de sa femme qui a absorbé de la mort aux rats, et laissé en liberté.

Libération, 18 Mars 2012


Journée de la Femme

Laurence Wagon - Militante

Comment peindre les Femmes et ne pas leur rendre hommage aujourd’hui?

Je salue le courage des militantes qui continuent sans relâche leur combat pour le respect des Femmes partout dans le monde…

Je salue également les militantes du quotidien qui luttent en silence pour maintenir leur dignité.

… en cadeau un peu de douceur avec la voix magnifique de Youn Sun Nah que nous aurons le plaisir d’accueillir sur la scène des Bourdaines à Seignosse le 18 Mai 2012 prochain… un vrai plaisir!


Rose

Mon travail artistique s’oriente vers les Femmes. C’est pourquoi j’ai également choisi de diffuser informations et réflexions sur les Femmes et la Société, thème que j’affectionne tout particulièrement et qui nourrit mes créations.

Diversion - Laurence Wagon

Rose, un magazine pour les femmes atteintes du cancer sort aujourd’hui le 18 octobre.

Ce nouveau magazine glamour, semestriel et gratuit qui compte plus de 200 pages, offre témoignages et conseils.

Pour son premier numéro, Rose publie le « manifeste des 343 cancéreuses », inspiré des « 343 salopes » rédigé en 1971 par Simone de Beauvoir sur l’avortement. Il demande que le cancer « cesse d’être une maladie aussi handicapante socialement qu’elle est éprouvante physiquement » et qu’elles ne soient plus considérées comme « des sous-citoyennes », afin que chacun « puisse vivre sa vie au-delà du cancer ».

Rose est également disponible sur le net, voici le lien: http://www.rosemagazine.fr.

Rose magazine sera distribué gratuitement dans les comités départementaux de la Ligue contre le cancer, dans les centres de lutte contre cette maladie et dans les établissements de soins publics et privés.

Une excellente initiative!